Rencontres Tous Dehors France


Lieu : La Comtesse - Ecole Pratique de la Nature et des Savoirs
Date : du 9 au 11 juin 2022

Face à l’extinction progressive de l’expérience de nature, Tous Dehors France a sollicité les membres de son ecosystème afin de définir les priorités opérationnelles qui permettront une évolution sociétale majeure : développer la conscience de l’enjeu de l’interdépendance entre les humains et les autres êtres vivants.

> Objectif des Rencontres :

Passer des idées aux actions : définir les priorités opérationnelles permettant d'influencer favorablement le développement de l'expérience de nature.

> Le lieu

L’accueil des participants et les travaux se déroulent à la Comtesse, un espace naturel sur lequel veille l’Ecole Pratique de la Nature et des Savoirs.
Ce lieu d’exception et ses veilleurs ont joué un rôle primordial dans la qualité des échanges et des travaux.

> Déroulé des travaux :

10 juin : Formaliser une vision
  • Matin : Planter le décor : quelles sont les conditions du développement de l’expérience de nature en France ?
  • Après-midi : Faire bouger les lignes : lister les actions possibles et évaluer leur impact
11 juin : Constituer un plan d'action
  • Matin : Définir un plan d'action : prioriser et sélectionner les actions qui seront soutenues par Tous Dehors France en 2022 - 2023

Planter le décor : quelles sont les conditions du développement de l’expérience de nature en France ?
Les participants ont été invités à s’exprimer de façon très libre sur 2 thématiques, en demi-groupes tournants, et les résultats de ces travaux ont donné lieux à une représentation graphique :
image Les_freins_et_risques_au_dveloppement_de_lexprience_de_nature.png (0.6MB)
Les freins et risques identifiés sont, pour certains, liés à des situations contextuelles non-favorables : la peur, aussi bien des Institutions que des encadrants qui génèrent une surenchère sécuritaire peut parfois mettre un coup d’arrêt aux initiatives. Également celle des propriétaires de lieux, qui sont responsables en cas d’accident et qui incitent à rendre inaccessible des lieux favorables à l’expérience de nature, alors que justement ceux-ci sont rares ou difficilement accessibles, notamment en milieu urbain.
Les freins et les risques sont également liés à un environnement culturel ne permettant pas la valorisation de l’expérience de nature, considérée comme accessoire et en concurrence avec des pratiques digitales qui sont paradoxalement pointées du doigt comme “nocives” pour les enfants, mais très répandue, voire très valorisées s’agissant de pratiques “techniques” (codage…). Cette dévalorisation est accentuée par un manque de compréhension de ce qu’est l’expérience de nature, lié au manque de vécu, de nombreux encadrants qui ont grandi “hors sol”, et pour la plupart n’ont pas vécu de temps d’immersion en nature lors de leur formation. En effet, le manque de compétences, manque de certifications, impliquent non seulement des réticences et des croyances limitantes. Les encadrants vont être peu motivés par la mise en place de ces expériences de nature, ou alors mal informés sur les impacts des différents types de pratiques. L’existence de silos qui empêchent la diffusion des pratiques vertueuses, accentuent le risque de voir s’appauvrir l’expérience de nature, qui risquent de se limiter à ce qu’il est possible de “marchandiser”.

Mais le COVID a également été un catalyseur du constat d’urgence, qui, associé à une forme du rejet de modèle de croissance, a généré un éveil citoyen, favorable au développement de l’expérience de nature. Plus médiatique, la question de la place de l’homme dans la nature génère également plus d’engagement en termes de mise à disposition de moyens, aussi bien pour les fondations, les entreprises que pour les collectivités. Le développement d’une nouvelle forme de sensibilité au sujet, soutenue par une montée en force de l’affirmation du féminin dans nos sociétés, est favorisée par la facilité d’accès aux informations (digitalisation), et une relocalisation et le développement de l’intérêt pour son environnement proche (télétravail, nouvelles formes d’urbanisation…). L'ouverture politique née de l’élection d’une nouvelle assemblée nationale, le soutien du sujet par de nouveaux publics, des artistes, les médias, les enseignants, la petite enfance, concourent à ouvrir les débats et à la mise en place de solutions concrètes.
image Exprience_de_nature.png (0.6MB)

Faire bouger les lignes : lister les actions possibles et évaluer leur impact

Suite à ce travail de formalisation du contexte, les participants ont été invités à travailler de façon individuelle sur des fiches actions, visant à identifier des interventions concrètes de Tous Dehors France.

  • Ces travaux individuels ont ensuite été consolidés en petits groupes, avant d’être restitués de façon à agréger les fiches produites en grandes thématiques.
1 - Le "Récit"

L’objectif du récit aura pour objectif de faire la promotion d’une approche sensible, active, régulière et responsabilisante de la nature de proximité, via les acteurs du territoire, et tout au long de la vie, pour en faire des citoyens connectés au vivant.
2 actions prioritaires de production : un document concis permettant d'exposer le sujet dans les grandes lignes, et une série de reportages visant à mettre en lumière des initiatives existantes visant à inspirer et faire comprendre et inspirer par la mise en valeur d'actions de terrain.

2 - Les "Rencontres"

Les rencontres sont des moments cruciaux de la vie de nos dynamiques et réseaux, des instants clef pour faire ensemble et dynamiser. Chacun est une occasion de faire avancer le projet de Tous Dehors France
Le collectif a besoin de faire avec et se faire une culture d'évènementiel et de réseau : d'abord aller vers avant de faire venir. La stratégie retenue :
- Logique de partenariat avec l'existant dans un premier temps
- Veille sur l'existant
- Création d'un évènement ad hoc si le besoin s'en fait sentir.

3 - Le "financement"

Tous Dehors France va étudier la mise en place d'une organisation lui permettant de devenir un facilitateur dans la recherche de financement, notamment via la veille et l'organisation de réponses collectives.
Ses relations privilégiés avec certains financeurs privés (notamment les fondations) lui permettront de mener des actions de sensibilisation et de mobilisation.

4 - Les "ressources"

Tous Dehors France aura un rôle à jouer dans la production de contenus visant à :
- cartographier les eco-systèmes existants et qui ne communiquent pas ou peu.
- Inspirer et informer
- démocratiser l'expérience de nature